logo des Mirauds Volants

A.E.P.H.V.
« Les Mirauds Volants »

De la poisse à l'époisses

J'aimerais vous parler d'un moment d'exception que j'ai vécu la semaine dernière.
Il s'agit bien entendu du stage de Semur organisé de main de maître par Chantale. C'était pour moi un retour au pilotage d'avions car cela faisait pus de deux ans que je n'avais pas pressé le bouton de démarreur ni effectuer la check List d'un aéronef motorisé. De plus ce stage se situait en Bourgogne ma région natale.

Il avait été annulé en Août puis repoussé... nous eûmes donc la poisse en Août puis L'époisses en Mai.

Je renonce à faire un récit chronologique mais je vais essayer de décrire des moments qui m'ont marqués.

Notre périple quelque peu hésitant et incertain le premier matin pour nous rendre de l'hôtel à l'aéroclub ou nos souvenirs respectifs avaient parfois du mal à coller entres eux et avec les indications de Google Maps. Mais il ne pleuvait pas, il faisait frais et nous avions le temps... il était 8h59 précise quand nous sommes tous parvenus devant la porte de l'aérodrome de Semure LFGQ ... même pas en retard !

Le plaisir et l'appréhension de me retrouver en place avant gauche avec Johann derrière moi, Eric l'instructeur et Kevin lors de ce premier vol, démarrage, roulage, bafouillage à la radio, Eric expédiée les rappelles "ça n'a aucun intérêt" on y reviendra plus tard, on remonte la piste 22 on s'aligne re bafouillage radio et là... je lâche le frein à main.. si si le F-GDEH à un frein à main et pas à pied, manette des gaz à fond et c'est parti !
Les choses me reviennent les sensations d'autant qu'il y a du vent et que ca secoue à basse altitude, la petite musique du SF et les choses sérieuses commencent vas falloir le tenir cet avion le mettre en palier et y rester, l'incliner sans monté dans les aigus ni descendre dans les graves garder la note quoi, ne pas surcompenser les corrections... ce seras mon obsession du stage et 41 minutes et un exposé sur l'inanité des éoliennes plus tard je me pose heureux, fourbu et avec la ferme intension de m'entraîner au simu pour réussir à maîtriser mes surcompensation qui deviennent vite ingérables...
Johann à pris une jolie teinte verdâtre à l'arrière et il ne remontras plus dans un avion de tous le stage... J'espère au moins ne pas l'avoir dégoûté !

Autre jour autre vol; cette fois avec Pierre, Une parenthèse Pierre me fait penser à un croisement de Jean GABIN et de mon grand Oncle Arthur qui était forgeron, impressionnant compétant calme..., là amphi cabine à fond, check au taquet, roulage zigzagant bafouille radio mais un peu moins et en avant toute. Fort du briefing du matin administré en duo et en canon entre Patrice et Pierre... et ils n'avaient même pas répétés les artistes... me voilà à tester les différents effets des couples moteur : on pousse les gaz le centre de poussée avance sous le centre de gravité et hop le nez se lève : assiette à cabré on corrige donc avec du manche en avant... mais petite la correction, il y a également une légère inclinaison autour de l'axe de l'Ellice... ben on la corrige ... oui mais doucement, mais il y a également dérapage vers la gauche due au sens de rotation de l'Ellice et ça on le corrige doucement aux palonniers. Bien et maintenant on réduit les gaz .. assiette à piqué donc doucement manche en arrière. Du sol on devait donner l'impression de se battre dans la cellule à accélérer ralentirai tanguer virer ainsi...

Je me pose 49 minutes plus tard avec le sentiment d'avoir mis la théorie en pratique.

Retour au club houss et là la température est intense du fait des cogitations de Véronique et Chantale qui préparent leur futur navigation.

Un Autre matin, Pierre nous décortique les informations météo autour du terrain puis nous voici avec Patrice en train de calculer les correspondances entre les différentes unités de mesure, un petit détour plus tard et nous sommes dans l'historique du pourquoi de ces mesures et Pierre enchaîne sur les différents paramètres de vol en montée, à plat et en descente...
Même pas le temps ni l'envie de piquer un roupillon.. sont forts ces deux là !!

Et comme de bien entendu comme "tout est dans tout et inversement" me voici quelques minutes plus tard au manche du F-GDEH à mettre tout cela en pratique :
Décollage : puissance à fond, vitesse 45 kts on tire le manche et c'est parti !
Montée : puissance à fond, vitesse 55 kts, assiette cabré
Passage en pallier : régime croisière lente :
Assiette à plat, la vitesse augmente, lorsqu'on atteint 95 kts on réduit les gaz à 2000 t/mn et on compense.

Passage en d'essente :
Les gaz au minimum, la vitesse décroît jusqu'à 80 kts, et là on pousse le manche à la bonne assiette pour maintenir tous les paramètres...
Et tout cela en survolant la plaine d'Alésia.

Ensuite passage de d'essente à monté :
Plein gaz et simultanément on tir le manche la vitesse reste la même,
de monté à d'essente :
réduira simultanément les gaz et pousser le manche toujours à vitesse constante..

Fastoche ! autant dire que l'apprentissage de la tablette du SF était à l'ordre du jour.

Je touche terre 54 minutes plus tard avec des Fourmies dans les doigts, les oreilles qui bourdonnent et une furieuse envie d'y retourner.

Dimanche dernier vol, il fau se magner car les conditions sont volables mais tout autour ça se dégrade.
Ca tabasse pas mal au décollage et lorsqu'on atteint la première couche de nuages tout deviens plus calme, on se faufile entre les gros moutons pour passer au dessus et là c'est merveilleux, Pierre nous indique que nous sommes en train de survoler un arc-en-ciel, on tournicote un peu pour rester hors des nuages, même moi je le voient c'est vraiment fabuleux cette impression de jouer à cachecache et de se glisser dans les espaces dégagés... la 3d mais bien mieux qu'au cinéma !!

On monte à 5000 ft et là il fait plus frais... ben oui de combien on baisse de température par rapport à l'augmentation d'altitude ?? euh en fait y fait frais...

Et encore 37 mn à ajouter au carnet de vol !

Au final j'ai volé 3h01 et se furent 3h01 de bonheur. Et le bonheur à été constant, au sol et à table avec les bon petits plateaux de Johann qu'on prononce Yohann de la Pomme D'Or et ceux de l'hôtel, en théorie avec les duettistes Patrice et Pierre, en vol Avec l'Humour d'Eric et le calme et la patience de Pierre.
De plus j'ai pu faire enfin la connaissance d'Ève qui m'a fait l'honneur d'une jolie promenade au dessus de la campagne bourguignonne en tenant l'avion bien à plat tout comme j'aurais du faire ...

Merci en tous cas à toutes et tous d'avoir permis ce stage et d'y avoir été !!

Stéphane


Bas de page

Retour en haut de page

© 1999 - 2017 Les Mirauds Volants, tous droits réservés.