logo des Mirauds Volants

A.E.P.H.V.
« Les Mirauds Volants »

Stage Vélivol de Moissac.

Nous avons été accueillis avec tout le coeur de Béatrice et Gérard GAILLARD, et la générosité enthousiaste des membres du club Vélivole de Moissac, c'est touchant et ça nous aide a continuer et a vivre. Cette générosité n'eut d'égal que la chaleur des rayons du soleil, toujours au dessus de 30 degrés.

Les vols planés en silence furent à la hauteur, et tous les chiffres habituels de cette activité ont explosé.

Vols planeur de 2h en ascendance thermique, vol ULM moto-planeur: 50km Moissac-Cahors: aller en montée vers 3000m au moteur, et retour moteur coupé hélice en drapeau en planant, et en silence svp !

Que du plaisir, que du bonheur.

Grand merci a Patrice et a Thomas, d'avoir généré ce stage.

Jean-Claude


Depuis que les " MIRAUDS VOLANTS " existent et qu'ils évoluent en planeur (ON) nous avait toujours répété : " oh, vous, les aveugles, vous ne pourrez jamais voler en plaine puisque ce qui permet d'y repérer les ascendances ce sont les culmulus, et vous ne les voyez pas. Donc, vous ne pourrez jamais vous dirriger seuls vers ces cumulus pour y enrouler les " pompes ", et le fait que ce soit quelqu'un d'autre qui assure pour vous les transitions d'un nuage à l'autre ne présente vraiment aucun intérêt ".

Vous comprendrez donc mon hésitation à organiser un stage de vol à voile avec un club de plaine. N'était-ce pas nous réduire inéluctablement au rôle de " sacs de sable "?

Mais cela faisait deux ans que, même en montagne (et en vol de pente) sensé être plus accessible, nous travaillions avec Gérard et Béatrice GAILLARD ainsi qu'avec Jean-Philippe LEGIER et, en nous invitant, cette année, à organiser notre stage de planeur en collaboration avec le Centre de Vol à Voile du Tarn-et-Garonne, nous ne pouvions les soupçonner de nous attirer dans un mauvais pas !

Et voici que l'une des premières choses que me dit Grégory HOR, le chef pilote du CVVTG avec qui j'ai volé pendant tout le stage, c'est que par petit temps, lorsque presque rien ne bouge, il ferme les yeux pour mieux sentir les réactions du planeur, et que c'est comme ça qu'il trouve les ascendances... Tiens tiens !... Alors il " joue " au MIRAUD et ça marche !... Eh puis, les circonstances ont voulu que, pendant notre semaine de stage il y eût un ciel implacablement bleu, quasi exempt de cumulus...

C'est donc dans ces conditions que nos trois instructeurs, Gérard, Grégory et Raphaël nous ont appris à épier les moindres réactions de notre planeur : une aile qui se soulève légèrement, la sensation du moindre friseli à la surface de l'air désespérément calme ... afin de déceler l'ascendance qui va nous faire gagner quelques mètres ou quelques centaines de mètres d'altitude. Ils nous ont appris à spiraler dans les ascendances, à " serrer la pompe " lorsqu'elle est de petit diamètre, à nous battre pour " gratter " l'altitude qui va prolonger le vol de quelques minutes ... et ils nous ont montré que, bien loin d'être prisonniers de notre manque de vision pour repérer les mythiques cumulus et nous déplacer de l'un à l'autre, notre handicap pouvait être un a-tout pour évoluer en vol à voile.

Depuis ce stage, je sais qu'une ère nouvelle s'est ouverte pour nous et je peux désormais affirmer à tous ceux et toutes celles d'entre nous qui rêvent de planer en silence aux commandes de ces grands oiseaux aux longues ailes, que nous ne sommes plus condamnés à exécuter sans fin des 8 le long des pentes pyrénéennes. A nous maintenant l'espoir de longs circuits au-dessus de la campagne.

Patrice


Suite à ce texte plein d'espoir à l'encre bleue ciel de Patrice, je voudrais ajouter ces lignes à l'encre verte...

Un vol planeur de 2h en ascendance thermique, c'est une colonne d'air chaud qui joue les ascensceurs pour le planeur, jusqu'a la hauteur de la couche dite d'inversion, ou l'air est stable, voire un peu plus loin redescend ; une dégueulante dans le jargon, faut bien que l'équilibre se fasse dans l'atmosphère !

Tout l'art du vélivole, dont Gérard et Greg sont des Maîtres, est de rester dans cette colonne, qui peut être étroite, à serrer fort les virages, et décrire un cercle de la taille d'un rond point terrestre par le saumon de l'aile intérieure, ammenant des inclinaisons de 45 degrés et plus... voire beaucoup plus !

C'est ainsi que largués par l'avion remorqueur vers 400m, certains prenaient l'ascenseur vers 600 ou 800m puis redescendaient faute de signe plus, au vario, les notes graves du SoundFlyer, du sonore plein les oreilles. D'autres vols plus chanceux, accrochant allègrement des plus 3 ou 4 mètres seconde, se trouvaient propulsés en quelques dizaines de minutes vers 1000, 1500 m  et plus, l'air frais d'altitude en prime dans le cockpit, un bonheur n'arrivant jamais seul par ces canicules.

Énergie nouvelles avez-vous dit ? Non, énergie naturelle présente en permanence au dessus de nos têtes !A la météo près, of course. Les conditions à réunir ? : Un planeur aux meilleurs qualités aérodynamiques, et surtout un pilote instructeur à matière grise dense, et grosse moustache, a beaucoup d'expérience. Gérard avoisine quelques 6000 heures à courrir son élévation. Pour l'ULM moto-planeur dont je parlais, la montée vers Cahors et 3000m, et retour descente sur un coussin d'air silencieux, a pris une heure.

Consommation de carburant totale : 6 litres ! Pour le même vol, un avion de tourisme classique aurait brulé de 20 a 30 litres, ou plus. cqfd

Aviation écologique me direz vous? on s'en rapproche. Cerise, les riverains ont entendu un avion partir, pas revenir. réduction de moitié des nuisances au sol.

Les GAILLARD et le club de Moissac sont en passe de réaliser la quadrature du cercle de l'aviation verte, et du vol durable...

Je dis ça sous l'élan émotionnel de ce stage réussi ? Non : les Gaillards prévoient l'investissement d'un treuil électrique vers 2011, La, on discernera le froissement d'ailes, des libellules du Tarn voisin !

Rendez vous au salon de l'aviation verte en Juin 2010, pour les éveillés...

Jean-Claude

Quelques photos du stage.


Bas de page

Retour en haut de page

© 1999 - 2017 Les Mirauds Volants, tous droits réservés.