logo des Mirauds Volants

A.E.P.H.V.
« Les Mirauds Volants »

Il y a des matins qui chantent…

Ce matin lundi du 19 Juillet 2010, je me réveille très tôt, c’est de ces bons lever ou le soleil va livrer ses 30 degrés. Une belle journée d’été s’annonce.

J’arrive vers 10h à l’Aéro-Club du Béarn, sur l’aéroport de Pau-Uzein, pour vivre ma 3ème leçon de pilotage depuis que Patrice est venu briefer les instructeurs en avril.

Les instructeurs, Didier météo à la tour, et Daniel ex PL m’accompagnent dans le DR 400, 160 Fox golf india kilo hotel. Les plans relief et la fiche d’aérodrome que Patrice m’a confectionnés et envoyés la semaine dernière ont clarifié dans ma tête les cheminements sol, et approche du terrain. J’y vais plus confiant, mais ici le traffic important nous pénalise un peu par trop de radio, sachant que sans SF, on travaille 'à la voix’. Quoi de mieux, pour sortir de cet univers encombré, que d’aller à la campagne !

Et si on allait voir la piste de Ponson ? Ma proposition fait l’unanimité, et roulage, bretelle echo, point novembre unité, et piste 31 enfilés, nous orientons notre cap au 70 en survolant au sud de Pau les vignobles du liquoreux Jurançon.

Qinze minutes plus tard le lac de Gardères de 300 hectares, annoncé par Didier, me renseigne sur la proximité de notre objectif, environ 5 km.

C’est quoi Ponson ? Le village ou j’habite et une équipe de copains avec qui pour la plus part j’usais mes culotttes sur les bancs de la communale, et qui m’ont permis et aidé à construire une petite piste en herbe de 600m en pleine campagne, face au Pic du Midi.

Les coordonnées GPS n’étant pas entrées dans l’appareil, il faut la trouver à la vue, voie ferrée inexistante, il nous reste que la route et les lacs en repère.

Le long de la départementale 202, qui remonte de Gèr, sud nord, avant le village de Ponson dis-je, vous verrez un petit château d’eau, blanc, circulaire 8m de diamètre, et 3 chènes à côté, la piste est là, QFU Est-ouest, un pré parmi les prés…

Après 2 circumvolutions trop au nord, et un retour cap sud après le village, l’annonce d’un autre petit lac au milieu des bois, m‘a fait dire qu’on y était dessus ! et Le Miraud a trouvé la piste...

On enroule au nord pour une approche en 10, main gauche, et on se présente au seuil de piste verticale de la route departementale 202, château d’eau et 3 chènes à gauche. La piste défile à quelques mètres dessous et Didier remet les gaz en estimant la longueur suffisante pour poser. A ma demande, il fera aussi l’approche dans le sens 28, s’éloigne au sud vers Gèr, et revient en étape de base face au Nord, sur le lac du Pouey. Dernier virage et finale sur la chourette, puis la plantation d’eucalyptus et le chemin du lac. Deux crans de volets, plein réduit, vitesse mini, au top de Didier on passe le seuil et on pourrait toucher. La piste est toute là devant nous, elle monte légèrement, ça donne envie de se poser, sans aucun problème annonce Didier.

On survole à 5m, puis remise de gaz, et des agriculteurs ramassant la paille d’orge, tirent le nez en l’air sur le bord droit.

Oui on la voit bien dit Daniel, le château d’eau et les 3 chènes, au sud les prés mais d’un vert plus foncé que le gazon, au nord la paille jaune du chaume d’orge, et les routes aux deux bouts, faut être miraud pour la louper ! Et bientôt le rouge et blanc de la manche à air et de quelques balises coniques au sol finiront le décor traditionel sur fond de chaine des Pyrénées.

On remet des tours minute et reprend un peu d’altitude, et droit devant, on fignole à la voix : plus 2 pour garder vario zéro, et en dansant tantôt de gauche 10 à droite 10, pour une très longue finale en douceur sur Pau Pyrénées.

Ce retour mes amis Mirauds Volants, je le déguste comme une petite gorgée de ce doux Jurançon ambré. Je ne peux pas vous décrire ici toutes les raisons, de la vague de bonheur que j’ai reçu par ce vol.

Mais si je vous dis :

- que le projet de piste que j’avais déposé à la DGAC voici 20 ans, de l’autre côté du village, n’avait pu aboutir because que EDF avait eu, en même temps, l’idée de poser en travers, une ligne…

- que je m’étais alors promis de remettre ça, ailleurs, mais plus tard, quand j’aurai le temps…

- que j’ai perdu la vue en 97… et comme chacun sait, tout devrait s’arrêter, projets idées, enfin tout quoi !

Or, ce que ‘chacun’ ne pouvait imaginer c'est : - que en 98, j’appris par un copain pilote sur Aviasport, qu’un drôle de stage de pilotage pour aveugles, se déroulerait, dans le Gers voisin à Auch !.

- Et enfin, qu’au bout du fil pour m’inscrire, un Miraud à l’accent de Toulouse, tranquille et sûr de lui, m’affirma que oui bien sur, on allait voler dans le Gers !

- Le bonheur était  déjà dans le pré …

‘’Tout le monde croyait que c’était impossible…’’

Jean-Claude

NB. Je dédie à Patrice ce mot de SAINT-EXUPÉRY, pour l'idée des MV.

Voyez-vous dans la vie, il n'y a pas de solutions. Il y a des forces en marche : il faut les créer, et les solutions les suivrent.

Extrait de Vol de nuit.


Un autre témoignage du même hauteur, qui suit celui-ci.


Bas de page

Retour en haut de page

© 1999 - 2017 Les Mirauds Volants, tous droits réservés.