logo des Mirauds Volants

A.E.P.H.V.
« Les Mirauds Volants »

Vive le temps d’hiver !

Samedi 29 janvier 2011, 11h02, je suis à bord du dr 400  F BUSF dont le moteur de 108 ch a été récemment changé pour un 115 ch. J’écoute l’ATIS de St-Etienne qui m’annonce une température de -5°,avec quelques brumes mais pas de nuages significatifs. Pascal, mon instructeur qui vient de faire un vol m’informe qu’à partir de 3000 ft, la visi est Bonne.

Mixture sur riche, pompe électrique on, trois injections, 1 cm de gaz, magnétos sur both,  démarreur et le moteur se fait entendre. Il n’y a pas à dire, j’adore ce bruit !

Quelques minutes plus tard, nous sommes en l’air, et les quelques chevaux de plus me paraissent être une bonne chose : l’avion grimpe bien. La mise en pallier s’effectue à 4500 ft et cap sur le point N de la CTR. L’air froid est d’une stabilité remarquable, et une fois compensé, l’avion n’a presque plus besoin de pilote, si ce n’est la permanente correction vers la gauche car mon instructeur et mon passager situés à droite pèsent plus lourd que moi.

Déjà arrivés au point N, direction le point W. Même les montagnes dessous nous ne perturbent pas la stabilité de l’avion : Pascal s’endormirait presque s’il ne faisait pas le commentaire touristiques pour notre passager : « à droite le Puy de Dôme et à gauche la chaine des Puys ».

Nous prenons ensuite la direction du point S, puis du point S-E toujours dans un air calme. A ce moment, comme me le fait remarquer Pascal, il y a presque trois mirauds à bord car le soleil en face de nous gène mes camarades !

Arrivés sur S-E, nous prenons un virage à gauche vers le point N-E. Il est 12h et les rayons du soleil ajoutés au relief en-dessous de nous et à la couche d'inversion nous infligent les seules turbulences que nous aurons rencontrées aujourd’hui.

Il est tant de nous annoncer à la tour pour le retour vers les installations.

Après une longue base main droite, c‘est un nouveau type d’atterrissage que j’expérimente : le kiss landing à rebond : premier contact d’une extrême douceur, léger rebond et deuxième contact tou aussi doux que le premier.

Après 1h01, je stoppe l'avion au parking, arrête le moteur , et range le Soundflyer dans son sac pendant que se pose l’avion des footballeurs toulousains, qui viennent affronter ceux de St-Etienne ce soir. Puis, direction le club pour effectuer les habituelles paperasseries d’après vol.

Moralité : même si l’été et son air chaud nous permettent de belles promenades aériennes, l’air froid de l’hivers nous offre un ciel calme et serein dans lequel il fait bon se promener !

Thomas


Bas de page

Retour en haut de page

© 1999 - 2017 Les Mirauds Volants, tous droits réservés.