logo des Mirauds Volants

A.E.P.H.V.
« Les Mirauds Volants »

Mon premier stage.

E-mail de Terry, adressé sur notre liste de diffusion le 22 juillet 2011, suite à sa participation au stage de pilotage avion de SAINTES.

Texte original en anglais :

Writing in the language with which I am most comfortable (and proficient), it is irst important to express my appreciation and great contentment with the piloting instruction and the blind pilot club experiences of last week. Since my childhood it has been an uninterrupted dream to pilot an aircraft _ a difficult dream to sustain in an existence without sight. In the far west of the US (Oregon) it is current for country folks to pilot, and frequently to own a small aircraft _ farm pastures serve as unofficial landing strips. The environment of aviation constituted a part of childhood culture.

When I first encountered Patrice in 1997 in Paris, he indicated his passion in piloting and his resolution to invent a technical system that would permit blind piloting, and he was determined to make this opening available to the general visually impaired community. For personal reasons, I put my dream aside _ Patrice did not, and the current fantastic technology is the result.

Before our aviation class, it was totally inconceivable for me to imagine that the blind could hope to someday fly an aircraft in the very full sense that is now available. It was equally unthinkable that specialized instruction could be established on a national level and that a piloting community is very much in the making. The reborn perspective of piloting  now fills my thoughts _ a center of today’s personal ambitions. I much wish that the continuation of this aviation dream will be possible for me.

Not least of all, I want to thank the father of this technology, the individuals on which depend the attendant extremely well organised structures of the piloting club, my flight instructor, and my fellow students for an exceptional experience and opportunity to savour the previously unimaginable hope of piloting an airplane despite the enfolding dark.

With warm regards to all,

Terry


Traduction en français par Marie-Renée HECTOR :

En écrivant dans la langue pour laquelle je suis le plus compétent et dans laquelle je suis le plus à mon aise, il m’importe en premier lieu d’exprimer ma reconnaissance et ma grande satisfaction quant aux expériences de la semaine dernière, en ce qui concerne l’initiation au pilotage et le club des pilotes aveugles. Depuis l’enfance, j’ai toujours rêvé de piloter un avion, et c’est un rêve difficile à porter lorsqu’on vit sans la vue. Aux Etats-Unis, dans l’ouest profond de l’Oregon, il n’est pas rare que les gens du pays pilotent ou possèdent même leur propre avion ; de facto, les prés des fermes servent de pistes d’atterrissage. Tout ce qui tourne autour de l’aviation a fait partie intégrante de la culture de mon enfance.

La première fois que j’ai rencontré Patrice, à Paris en 1997, il m’a fait part de sa passion pour le pilotage, de sa ferme résolution d’inventer un moyen technique qui permettrait aux aveugles de piloter, et il était tout à fait déterminé à rendre ce nouveau système disponible pour la communauté des déficients visuels. Pour des raisons personnelles, j’avais mis de côté mon rêve ; Patrice ne l’a pas fait, et la technologie d’aujourd’hui en est le résultat.

Avant notre stage de pilotage, il m’était totalement impossible de concevoir que les aveugles puissent esspérer un jour piloter un avion dans les conditions qui nous sont offertes. Il était également impensable qu’un enseignement spécialisé puisse être organisé au niveau national et qu’une communauté de pilotes soit en bonne voie de constitution. La perspective ravivée de piloter emplit à présent mes pensées, comme l’élément essentiel d’ambitions personnelles. Je souhaite vraiment qu’il me soit possible de poursuivre ce rêve d’aviation.

Enfin, et ce n’est pas le moindre de mes désirs, je veux remercier le père de cette technologie, les personnes sur qui reposent l’excellente organisation structurelle du club des pilotes, mon instructeur de vol et enfin mes co-stagiaires, pour cette expérience et cette chance exceptionnelles de savourer ce qui auparavant était un espoir inimaginable, piloter un avion malgré l’obscurité enveloppante.

Avec mes meilleurs et chaleureux souvenirs à tous,

Terry.


Bas de page

Retour en haut de page

© 1999 - 2017 Les Mirauds Volants, tous droits réservés.