logo des Mirauds Volants

A.E.P.H.V.
« Les Mirauds Volants »

Du foin dans le cockpit

Hier je volais à quelques centaines de pieds au-dessus des collines du Piémont Pyrénéen. Quelque part entre Béarn et Pays Basque.

A ces faibles altitudes, mon copilote Eric, en me faisant profiter des ascendances de pente du May Arrouy, me décrit les cimes des arbres en bout d’aile, les fougères qui jaunissent déjà, et plus loin, un troupeau de moutons et un pré en pente où les éleveurs tournent le foin, regain en cette saison. Au passage verticale, certainement élevées par un tourbillon d’air chaud les senteurs fugitives du foin odorant emplissent l’habitacle plus d’une fois… Non il ne m’a pas dit qu’il voyait des cèpes sous les fougères, mais le parfum du regain séché, ça c’est vrai je vous le jure !

Il faisait autour de 28 degrés vers 14h au décollage du petit terrain en herbe d’Oloron Sainte Marie et les chemises collent à la peau dans l’habitacle exigu du PIPER J 3. Je suis en place avant tandem talons sur les freins tandis qu’un ami pilote du club sous les indications d’Eric en place arrière, brasse l’hélice puis lance d’un coup sec le ronronnement du Rolls Royce 65 chevaux. Le vieux coucou âgé de 60 ans quitte l’herbe et après la mise en palier, ça chauffe sous le soleil. C’est alors qu’Eric branche la clim , cela semble moderne pour l’époque, et pourtant ça marche. Vous l’avez compris sur ce vieux PIPER, Il a ouvert la porte d’accès, moitié du battant haut fixé sous l’aile, le reste en bas, et c’est un doux alizé qui nous rafraîchit fort à propos. Vous comprenez mieux aussi comment les senteurs de foin séché gagnaient le cockpit.

Aux confins du Béarn et de la Soule, Eric m’annonce le village d’Aramits et la proximité du terrain privé de Escary. Annonce radio sur 130,00 fréquence montagne, un passage de reconnaissance et une finale nous amènent bien concentrés sur la piste de 340 m de long sur le haut de cette sympathique altisurface. Faute de démarreur nous serons privés de rafraîchissements a la ferme auberge d’à coté, et un demi tour sur le frein gauche nous voit rebasculés dans la pente qui nous offre une prise de l’air toute rapide. Chapeau Eric ! La prise de terrain s’est faite quasiment en patrouille avec 7 hélicoptères Robinson R22 et R44 d’un héli-club de Bourg en Bresse, en tour de France pédago touristique, que nous retrouverons à l’avitaillement au sol a Oloron, tous décibels dehors… Mais ici le silence reviendra avec les vols de la belle palombe bleue. Selon une tradition acceptée, en octobre les avions limitent leur activité de tour de piste le mois durant, pour respecter ce migrateur en quête de sud, via les cols Basques tous proches d’Iraty, Orgambideska, Oskish etc… Alors, Dame Nature sortira son pinceau automnal sur les feuillages jaunes rougeoyants et mes amis, en PIPER sur les cheminées, ça sentira bon les cèpes rissolant dans la poêle…

Eric le généreux savait qu’il me procurerait un grand plaisir à survoler les regains et a me dépeindre ces tableaux bucoliques. Ce vol d’essai fut un tour de Maître et la journée lumineuse.

JCL, vendredi 9 septembre 2011.


Bas de page

Retour en haut de page

© 1999 - 2017 Les Mirauds Volants, tous droits réservés.